Le Canada et la Première Guerre mondiale

Premiers combats

La guerre commença comme on s'y attendait, les armées opposées progressant rapidement les unes contre les autres et manœuvrant pour prendre l'avantage.

Premiers mouvements

Les Allemands envahirent la Belgique neutre pour s'introduire dans le nord de la France dans le cadre d'une stratégie préparée longtemps à l'avance, le « Plan Schlieffen ». Les Français gagnèrent l'est pour reprendre l'Alsace-Lorraine.

La Grande-Bretagne s'acquitta de ses obligations envers la France et la Belgique en déployant des troupes sur le chemin des forces allemandes dans les Flandres, le long de la frontière entre la France et la Belgique près de la Manche.

Les forces autrichiennes attaquèrent la Serbie, la Russie avança vers l'est de l'Allemagne, et les forces russes et austro-hongroises s'opposèrent en Europe centrale.

Quasi-défaite pour la France et la Grande-Bretagne

La guerre dans l'ouest était presque perdue. Les armées allemandes se dirigèrent vers le sud, les forces françaises étant stoppées, ayant subi de lourdes pertes, dans leur offensive vers l'est. Mais après que les forces allemandes eurent avancé sur plusieurs centaines de kilomètres vers Paris, une force franco-britannique les arrêta au cours de la bataille de la Marne, qui fit rage durant cinq jours au début du mois de septembre. Les Allemands, épuisés, battirent en retraite pour établir des positions défensives plus solides. La bataille sauva la France, mais une large bande de territoire avait été perdue, et des dizaines de milliers de personnes furent tuées.

La Course en mer

À la suite de la bataille de la Marne, les armées allemande et alliées manœuvrèrent les unes contre les autres, cherchant un flanc ouvert pour s'y glisser et forcer l'ennemi à battre en retraite.

Dans une série de batailles connues collectivement sous le nom de « Course en mer », chaque camp empêcha l'autre de le déborder. Le front de combat de Paris à la Manche se remplit alors de lignes de défense opposées, les effets des tirs ennemis obligeant les soldats à creuser des tranchées au niveau du sol, et sous terre.

Impasse

Au bout de quelques mois, et après des centaines de milliers de pertes, tout mouvement avait cessé. Les armées s'affrontaient à travers un énorme système de tranchées d'environ 700 kilomètres qui s'étendait de la Suisse à la mer du Nord. Des attaques de front contre l'artillerie, les mitrailleuses et les tirs massifs de fusils causèrent de terribles pertes.

La guerre éclair dans l'Ouest avait mené à une impasse et à une phase statique rarement interrompue au cours des quatre années suivantes. À certains endroits, particulièrement sur le vaste front oriental ou dans les déserts du Moyen-Orient, les armées demeurèrent plus mobiles, mais dans l'ouest de l'Europe, dans le nord de l'Italie, dans les Balkans et partout où la puissance de feu pouvait dominer le mouvement, les soldats creusèrent le sol et ce fut le début de la guerre des tranchées.

Poursuivez votre exploration avec ces sujets : Mitrailleuses, Fusils, et Marine royale du Canada