Le Canada et la Première Guerre mondiale

Cote 70

Le Corps canadien attaqua la ville de Lens en août 1917 pour alléger la pression sur d'autres troupes alliées combattant près de Passchendaele, dans les Flandres.

Diversion stratégique depuis Passchendaele

Sir Douglas Haig lança une offensive stratégique dans les Flandres, à l'est d'Ypres, le 31 juillet 1917. Connue sous le nom de campagne de Passchendaele, elle ne tarda pas à s'enliser sous l'effet des violents combats, de la pluie et de la boue, amenuisant ainsi l'espoir d'une percée à grande échelle. Pour éloigner les renforts allemands du champ de bataille de Passchendaele, Haig ordonna des attaques plus au sud. Au cours de l'une d'elles, avec la Première Armée, le Corps canadien allait attaquer Lens.

L'attaque contre la cote 70

Haig ordonna à sir Arthur Currie, qui avait été placé en juin à la tête du Corps canadien, de lancer un assaut frontal contre la ville de Lens. Au lieu d'attaquer directement la ville, qui était solidement fortifiée, Currie, après avoir étudié le terrain, convainquit ses supérieurs britanniques qu'il serait plus avisé de prendre la cote 70, directement au nord. S'il était possible de s'emparer de cette hauteur, les Allemands ne pourraient que contre-attaquer. Currie prévoyait que l'artillerie et les mitrailleuses écrasent ces concentrations allemandes, affaiblissant ainsi leur emprise sur tout le secteur.

Les Canadiens attaquèrent le 15 août et s'emparèrent de beaucoup de leurs objectifs, y compris le terrain surélevé. Ils tinrent ensuite leurs positions devant 21 contre-attaques allemandes déterminées au cours des quatre jours suivants. Les attaques d'exploration canadiennes contre Lens les 21 et 23 août échouèrent, mais les forces de Currie avaient infligé de lourdes pertes à l'ennemi et s'étaient emparées du terrain surélevé surplombant la ville.

Une victoire canadienne

Les Canadiens ont perdu plus de 9000 soldats à la cote 70, mais ont tué ou blessé environ 25 000 Allemands. Currie s'avéra un commandant compétent et novateur. Son Corps canadien allait bientôt monter vers le nord pour aider Haig et sa chancelante campagne de Passchendaele.

Poursuivez votre exploration avec ces sujets : Sir Douglas Haig, L'explosion d'Halifax, et Rats, poux et épuisement